Journée type du game master

Le métier de game master est un métier demandant beaucoup de polyvalence. La journée type d’un game master n’existe pas réellement puisque toute session est différente. Mais malgré tout, nous pouvons tout de même souligner 5 phases générales qui se déroulent tout au long de la journée.

Phase n°1 : La préparation

Lorsque le game master arrive à son escape game il doit préparer son escape room. Pour cela il faut allumer et vérifier tout le matériel utile. Une des manière la plus sûre pour ne rien oublier, est de faire la salle dans le sens inverse (enfin ceci fonctionne uniquement si la salle est linéaire). 

Si celle-ci est non linéaire, il faut vérifier tous les mécanismes, objets, indices un par un. Le plus important est d’être certain que tout est mis à zéro. Ensuite en sortant de la salle, le game master vérifie le son pour qu’il soit au bon volume (ni trop fort ni trop bas), il vérifie aussi les caméras pour avoir l’angle de vue parfait au début de la session. Et surtout, un des points les plus importants : ne pas oublier de vérifier le chronomètre

Une fois que tout cela est fait, le game master va pouvoir accueillir le groupe pour la première session de la journée !

Phase n°2 : Le briefing

Les joueurs sont arrivés, il faut donc les accueillir en essayant de les plonger de suite dans l’atmosphère et l’ambiance du jeu.

Le game master va alors les inviter à s’installer et à déposer leurs affaires dans un casier. Dans la plupart des escape games le game master joue un rôle en lien avec l’ aventure que vous êtes venu jouer, ceci afin de renforcer l’immersion. Il ne vous traitera donc pas comme un joueur mais comme un aventurier et enchaînera donc directement avec le briefing où il mettra dans le contexte les joueurs et expliquera le but final de la salle. 

Il devra aussi énumérer les différentes règles qui, il faut bien le dire, sont souvent toujours les mêmes (ne pas user de la force, ne rien fouiller à partir d’une certaine hauteur, ne pas chercher dans tout ce qui touche à l’électricité). 

Un bon briefing doit être complet afin de limiter au maximum les questions posées par les joueurs à la fin, qui peuvent casser le dynamisme de l’ immersion (question de type : “et si on est bloqués, vous pouvez nous aider” ?) 

Une fois que le briefing est fait, le game master accompagne les joueurs jusqu’à l’entrée de la salle et leur souhaite bonne chance.

Phase n°3 : L’adaptation et le timing

Les joueurs sont donc entrés dans la salle et commencent à fouiller dans tous les coins. Le game master, lui, va s’installer devant ses écrans et déclenche le début du décompte. Ici commence la mission principale du game master : savoir adapter la partie en fonction du niveau du groupe mais aussi en fonction du caractère qui prédomine. 

Ainsi, il peut y avoir une grande différence entre des débutants et des personnes expérimentées. Comme il peut y avoir de grosses différences entre un groupe de personnes curieuses et un groupe de personnes qui n’osera pas fouiller plus que ça. Il faut donc tout adapter et ce, même au niveau du timing. 

C’est-à-dire qu’il est nécessaire d’accorder les sons et lumières en fonction de la progression du groupe c’est pour cela, que cette phase demande une grande concentration. 

Le game master suit en général une trame définie à l’avance mais il doit aussi s’adapter, surtout si la salle est non linéaire, sa mission est alors plus difficile et une bonne connaissance de la salle et de l’expérience sont importantes.

Lors de cette étape, le game master doit toujours avoir les yeux sur la partie et écouter ce que disent les joueurs, au risque de louper quelque chose et donc mettre les joueurs en difficulté. Il doit aussi être prêt à intervenir en cas de problème dans la salle (accident…)

Il est obligatoire aussi de faire attention aux créneaux horaires en fonction des retards. Il est possible que lorsqu’un groupe arrive avec un gros retard, le game master décide qu’une partie de ce retard soit déduit de leur temps dans la salle, afin de ne pas handicaper le groupe de joueurs suivant.

Phase n°4 : Le débriefing et la promotion

Si les joueurs ont réussi à aller jusqu’au bout de l’énigme, le game master les rejoint, les félicite et il y a un léger débriefing pour avoir les retours des joueurs sur ce qu’ils ont aimé ou pas durant la session. 

Si le temps s’est écoulé et que les joueurs ne sont pas parvenus à aller jusqu’au bout, le game master prend soit la décision de laisser un tout petit peu plus de temps si cela est possible ou soit il rentre dans la salle directement pour dire aux joueurs que c’est fini. 

Dans ces cas-là il faut expliquer les énigmes non élucidées et mettre les formes pour ne pas heurter la sensibilité des joueurs. Souvent les joueurs demandent si ils ont été bons. Ils ont besoin d’être rassurés. C’est aussi le moment de demander aux joueurs leurs avis sur la salle. 

Vient aussi le moment de la photo de groupe, souvenir très important pour les joueurs et pour l’enseigne puisque souvent les joueurs partagent la photo sur internet (surtout si ils ont gagné). Faites la photo la plus belle possible et n’hésitez pas à la refaire jusqu’à ce que tous les joueurs soient mis en valeur. Personne ne veut partager une photo où il fait une sale tête !

Une fois le débriefing fait, le game master doit se muer en commercial et donner envie aux joueurs de revenir faire les autres salles s’il y en a. C’est donc le moment de présenter rapidement les autres thèmes et de récupérer les mails. Le game master peut aussi inciter, de manière furtive, le dépôt d’avis sur internet et le bouche à oreille.

Phase n°5 : Remise à zéro

Une fois la session passée et les joueurs partis, il faut tout ranger dans les meilleurs délais et ce sans rien oublier. En effet, comme cela a été indiqué dans le précédent article, il faut être un “rangeur” de l’extrême en faisant preuve de rapidité mais également de précision. 

Car faire une erreur ne serait-ce qu’un seul indice, peut porter préjudice au prochain groupe. Il faut être concentré en permanence. Au bout d’un certain temps les erreurs de rangement peuvent arriver car la concentration baisse lorsque l’on a fait des centaines de sessions et que l’on connaît sa salle par cœur. 

La tâche se complique lorsqu’il y a eu de la casse durant la session. Il va falloir soit échanger l’objet en question avec son double, soit essayer de le réparer le plus rapidement possible, soit même supprimer l’indice en question en se débrouillant pour que ça ne se ressente pas sur la session. 

Enfin, il ne faut pas hésiter à revenir faire un tour de la salle juste avant l’arrivée du prochain groupe pour être sûr de n’avoir rien oublié. Un bon game master se doit d’être un peu parano.

Au final, pour une session d’1 heure comptez 1h30 à 1h45 de travail : 10 minutes de briefing, 1h de jeu, 10 minutes de débriefing et 10 à 20 minutes de rangement.  

Alors êtes-vous fait pour devenir game master ?

Commenter